L'école thématique en bref

ECOLE THEMATIQUE CNRS

MANGROVE(S): biodiversité et services écosystèmiques

 

***Dernière minute : En raison de l’incertitude persistante sur l’évolution de la situation Covid en Guyane,  le comité d’organisation a décidé une nouvelle fois de son report. Les personnes inscrites à la session 2021 seront prochainement recontactées pour être tenues informées des dispositions de report en 2022.***

 

La semaine du 11 au 15 octobre 2021 se tiendra l'école thématique MANGROVE(S) à Awala-Yalimapo, commune littorale de Guyane. Seize participants sont prévus, provenant de diverses disciplines des sciences du vivant, de la Terre et de l'environnement. La semaine alternera des cours de haut niveau sous forme de conférences, des ateliers thématiques sur des problématiques spécifiques, des "apéros-science" ouverts au public, une journée de terrain en mangrove et une journée de synthèse et de production scientifique collective.

 

Vignette_clip_ET_Mangrove_s_.jpg

Annonce pour l'inscription à l'Ecole Thématique CNRS Mangrove(s), du 11 au 15 octobre 2021à Awala-Yalimapo en Guyane française. Formation thématique pour chercheurs, doctorants, post-doctorants.

 

PRE-INSCRIPTIONS OUVERTES JUSQU'AU 01 JUIN 2021

(voir onglet pré-inscriptions)

Contact info: mangroves@sciencesconf.org

 

 

Enjeux scientifiques

Les mangroves figurent parmi les écosystèmes les plus emblématiques de la biodiversité tropicale mais aussi parmi les plus affectés par les changements globaux (élévation du niveau des mers, déforestation, etc.). Partout dans le monde elles ont été détruites par l'aquaculture, l'agriculture et l'urbanisation, et sont aujourd'hui situées en première ligne face à l'augmentation des évènements cycloniques extrêmes et la hausse du niveau des mers.

Depuis une dizaine d'année les mangroves figurent ainsi au centre des préoccupations internationales pour la protection de la nature (UICN, UN-REDD+, FFEM, etc.). En 2015, le CNRS en collaboration avec l’IRD avait dédié une année à la mangrove afin de dynamiser et valoriser les recherches conduites sur cet écosystème par les équipes françaises, et de mieux faire connaître le rôle crucial joué par la mangrove dans le bien-être des populations locales et la santé des écosystèmes en général. Les mangroves offrent en effet un large bouquet de services écosystémiques : nurseries et nourriceries pour de nombreuses espèces animales souvent utiles à l’homme ; protection contre l'érosion côtière et les submersions marines ; filtre ou rétention de polluants ; puits à carbone « bleu »; etc.

En Guyane, la mangrove est encore relativement préservée et constitue un laboratoire naturel exceptionnel pour étudier la biodiversité, les services écosystémiques associés à cette biodiversité et l'impact des changements environnementaux naturels qui bouleversent régulièrement ce littoral.

Mangrove de front de mer en cours de destruction par les vagues océaniques

 

 

Objectifs scientifiques, stratégiques et pédagogiques

  • Promouvoir la production et la transmission de connaissances sur la biodiversité des mangroves et les services écosystémiques rendus par cette biodiversité, avec un focus particulier sur le cycle du carbone (« carbone bleu ») ;
  • Repenser collectivement le rôle joué par la biodiversité dans le cycle du carbone en mangrove. Quelle est le rôle de la diversité et de l'abondance des micro-organismes, des espèces animales et végétales dans ces échanges ? Et quelles sont les conséquences des changements environnementaux récurrents qui bouleversent le littoral de Guyane ?
  • Développement d’un environnement scientifique (INEE) autour de la station scientifique CNRS littorale (2020) sur la commune d’Awala-Yalimapo.
  • Favoriser l'émergence de nouveaux concepts/résultats en organisant un espace de synergie transdisciplinaire et d'intelligence collective.
  • Inciter à la création de nouveaux partenariats, de nouvelles collaborations scientifiques en promouvant le travail de groupe.
  • Partager avec la communauté scientifique nationale l’expertise acquise par le GdR LiGA sur le littoral de Guyane.

 

Qui peut candidater ?

Prioritairement : les chercheurs, enseignants chercheurs et ingénieurs CNRS et non CNRS d’organismes associés au sein des UMR.

Secondairement : post-doctorants, doctorants, autres organisations publiques et privées.

8 places sur 16 seront réservées à des agents CNRS (voir l'onglet Informations pratiques)

Personnes connectées : 1